· 

Les tissus indiens

Petit tour d'horizon des tissus indiens.

L'indienne :

Les indiennes sont ces célèbres tissus de coton à motifs floraux utilisés tant pour l'habillement que la décoration. 

Ces étoffes doivent leur nom au fait qu'elles étaient initialement importées des comptoirs des Indes.

Par la suite, les Marseillais se mirent à produire eux-mêmes ces tissus qui prirent alors le nom d'indiennes de Marseille. 


Le tissu batik

Le principe du batik consiste : à dessiner sur le tissu le motif final à reproduire, à protéger des zones du tissu contre la coloration par l'application de la cire chaude, à appliquer des couleurs par trempage dans des bains de teinture ou en appliquant des teintures directement sur le .tissu, à recommencer les opérations 2 et 3 successivement pour chacune des couleurs en allant des couleurs claires aux plus foncées et,à la fin à ôter la cire, soit avec un fer à repasser, soit par trempage dans l'eau bouillante.

Cette technique est est répandue dans toute l'Asie.


Le tissu tie and dye :

Principe et technique du Tie and Dye. Le Tie & Dye est à l'origine une technique de teinture du tissu totalement artisanale qui consiste à nouer (to tie) le tissu puis à le teindre (to dye) en le plongeant dans la teinture. Il suffit ensuite de sortir le tissu puis de le dénouer, faisant ainsi apparaître divers dégradés ...


Le tissu dabu :

Le dabu est une manière d'imprimer des motifs sur du tissu grâce à des blocs de bois. C'est une technique très répandue dans le Rajasthan.

Les blocs de bois sont soigneusement sculptés à la main par les artisans (Chippai), ils servent ensuite à imprimer les motifs sur de la soie ou du coton.


Le tissu ikat :

Cette technique a la réputation d'être l'une des plus anciennes méthodes de teinture à la réserve. Les fils préalablement ligaturés suivant un plan bien précis sont teints avant d’être tissés. C'est durant le tissage que le plan (ou le motif) qui a servi à positionner les ligatures apparaît. Les artisans peuvent passer des mois à créer un motif sur les fils de chaîne et de trame avant de procéder au tissage.


Le tissu chanderi :

Le chanderi est un tissu ethnique traditionnel caractérisé par sa texture légère et pure et son toucher luxueux. Il est produit par tissage de la soie entrelacée de zari et de fils de coton traditionnel ce qui lui donne sa texture chatoyante. Le tissu a emprunté son nom à la petite ville de Chanderi dans le Madhya Pradesh où les tisserands traditionnels pratiquent l'art de produire des saris texturés en coton et en soie décorés de beaux travaux de zari.


Le tissu madras :

Il est originaire de Madras (actuelle Chennai, capitale de la province du Tamil Nadu en Inde.).

A l'origine, c'est un tissu indien de couleurs vives, à trame en soie et chaîne en coton, tissé avec des fils teintés aux colorants naturels, voire de fibres de bananier, à rayures ou à carreaux. 

Suite à l'immigration indienne dans les Antilles, le Madras est à présent associé à la tenue traditionnelle féminine des Antilles et de la Guyane.


Le tissu khadi :

Le khādī est un tissu indien de coton, de soie ou de laine filé sur un rouet et tissé à la main. C'est un tissu fait à partir de matériaux assez bruts, polyvalent, frais l'été et chaud l'hiver.

Pour les Indiens, le khādī a une forte valeur sentimentale. Il est souvent associé avec le Mahatma Gandhi du fait de son appel aux Indiens pour qu'ils portent des vêtements en khādī ».


Le tissu KalamKari :

Le kalamkari est un art pictural traditionnel de l'Andhra Pradesh et de Telangana, dans le sud de l'Inde, mais aussi dans le Gujarat par le tribu Vaghri. Il s'agit d'une toile de coton écru, peinte à la main à l'aide d'un Kalam, bambou taillé muni d'un chiffon servant de réservoir, en utilisant des teintures végétales.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Lisiane GUITARD (jeudi, 11 octobre 2018 17:52)

    C est vraiment tres beau et cette diversité de tissus un enchantement